I. En quoi consiste le bâillement ?

1. Description physiologique

124875863 222013 371x268

Le bâillement est un phénomène silencieux ou bruyant qui dure entre 4 et 10 secondes. Il est généralement divisé en trois parties : une profonde et longue inspiration avec une forte dilatation du larynx,  une apnée où l'acuité auditive diminue à cause de l'ouverture des trompes d'Eustache et où les fosses nasales sont totalement fermées. Cette apnée est appelée "acmé". Certains la qualifient de "mini-orgasme" à cause de la présence de plaisir (voir plus en bas) et grâce à des expériences sur les singes, nous pouvons confirmer cela. Lors de cette phase, le sujet est isolé du monde extérieur pendant une courte perte de conscience. Il y a également un léger larmoiement. Enfin ce cycle se termine par une expiration avec relachement de tout les muscles concernés. La bouche reprend sa forme initiale ainsi que le larynx.

Une sensation de bien-être se fait sentir également, à cause de la sécretion dans le cerveau de l'hormone "endorphine" ou "hormone du bonheur". Le bâillement est donc la synchronisation complexe de plusieurs muscles et mécanismes. S'il n'y a pas de zone spécifique et particulière associé à ce réflexe dans le cerveau, cependant certaines structures sont indispensables à l'apparition de celui-ci comme l'hypothalamus, l'hypophyse ou le tronc cérébral. Enfin, le bâillement est un des seul réflexes qui peut être inhibé par la volonté (en effet on peut fermer sa bouche si on ne veut pas bailler).

2. Son utilité et son déclenchement

Salles obscures cherchent futur los angeles refait son cinema m201034

Le bâillement est déclenché dans de nombreuses situations notamment lorsque nous nous réveillons, quand nous sommes fatigués ou encore lorsque nous sommes en baisse de vigilance. Le bâillement permet donc de mettre en route les muscles associés à la respiration en se réveillant et d'ouvrir également le pharynx comme nous l'avons vu plus haut afin de faciliter le mécanisme respiratoire. Il est également utilisé par notre corps pour accroître notre vigilance lorsque nous sommes fatigués, c'est pour cela que après une nuit difficile, nous baillons souvent. Le bâillement peut être également activé à cause de la faim ou au contraire, de la satiété. Lorsque les êtres humains sont détendus, en dehors des périodes de tensions sociales, ils baillent cinq fois plus souvent. L'environnement a un rôle important dans le déclenchement dans ce comportement mais également par les facteurs qui peuvent diminuer l'attention. Ainsi, il a été prouvé que le nombre et la durée des bâillements quand les cobayes regardaient un film intéressant, étaient inférieur aux résultats de ceux qui regardaient un film monotone et ennuyant.

3. La présence du bâillement chez les animaux

5081 chat qui baille wallfizzLe bâillement est présent chez tout les vertébrés sauf la girafe. Il est absent des invertébrés, car ceux-ci ont un système de respiration différent que les vertébrés qui fait intervenir une respiration par la "peau" alors que les vertébrés respirent grâce à des poumons, une bouche et une trachée. En fonction des espèces, le bâillement occupe plusieurs fonctions ou divers états. Par exemple, chez les animaux nomades, le bâillement a un rôle de cohésion sociale. L'individu qui est fatigué, baille et ensuite le reste du troupeau reproduit ce comportement, indiquant à tous qu'il faut s'arrêter pour dormir selon le message intial transmis. Chez les rongeurs à l'inverse, le bâillement est associé à un étirement et au comportement sexuel (d'ailleurs ce sont chez les rongeurs que la plupart des expériences ont été effectuées sur ce domaine de la neurologie). Le bâillement est également très courant chez les carnivores en rapport avec la fatigue et la somnolence. Quant aux animaux domestiques, il s'agirait plutôt d'une utilisation rattachée à l'ennui.

Chez les primates, le déroulement de l'acte est très semblable à celui présent chez l'homme et souvent, les auteurs, ont considéré qu'il était activé lors d'une menace potentielle. Cependant, par la suite, plusieurs autres expériences ont permis de nuancer cette idée avec des déclenchements similaires à l'homme (fatigue, anxiété etc...). Il est donc utile en tant que protection sociale (dangers donc et situations inhabituelles potentiellement dangereuses). Lors de ces menaces, les yeux sont ouverts et les canines sont montrées afin d'impressionner l'adversaire contrairement au bâillement passif.

Chez les poissons, cet acte reflète le stress et l'aggressivité. Lors des manoeuvres d'attaques ou de dissuasion, il y a grande ouverture de la bouche chez les poissons avec une augmentation du rythme respiratoire (l'inspiration), similaire au phénomène chez les animaux terrestres. De plus, il existait une hypothèse selon laquelle le bâillement serait à l'origine d'une augmentation de l'oxygénation sanguine mais un chercheur a observé que lors du bâillement, la quantité d'oxygène baissait ce qui exclue cette hypothèse.

Chez les reptiles et les oiseaux, ce comportement est également présent mais dans des formes différentes. Les crocodiles baillent véritablement : ils ouvrent grand leur machoire et respirent profondément, souvent lors d'états de stress et d'aggressivité comme pour les poissons. Les oiseaux ont deux situations où le bâillement s'active : pendant les premiers jours de sa vie, le bâillement est activé par n'importe quel stimulus et rend possible l'alimentation donnée par les parents. Ensuite il devient plus spécifique et ne s'active qu'en présence de ceux-ci.

Il s'agit donc d'une pratique présente chez la majorité des animaux excepté les invertébrés ( du au fait qu'ils ne possèdent pas des poumons) et la giraffe chez les vertébrés.

 

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×